Que faire des attentes de l’opinion ?

image_pdfimage_print

Coup sur coup, deux sondages viennent confirmer que l’opinion est bien en attente de nouvelles réponses et que les valeurs de gauche restent au cœur du débat politique.

Celui consacré au FN et à l’image de sa présidente n’est pas que le seul résultat de l’échec de la présidentielle et d’une erreur de stratégie de l’extrême droite. Ce sévère recul est porté aussi par le fait, qu’en France, le populisme, s’il est un déversoir des mécontentements, n’est pas le débouché politique que souhaite les françaises et les français.
La réapparition de Marion Le Pen est, à cet égard, bien la tentative d’une nouvelle stratégie pour conquérir l’espace politique qui a permis à Trump de l’emporter aux USA et dans un autre registre ce que la Lega a mis en œuvre et obtenu en Italie.
C’est dire que les forces les plus réactionnaires de France ont compris l’écueil particulier qui s’oppose à leur projet en recherchant une nouvelle réponse à leurs échecs pour gagner le pouvoir à l’exemple des USA et d’ États d’Europe.
Cet écueil particulier c’est l’histoire singulière et séculaire de la République Française, de sa démocratie, avec ce ce que l’idéal communiste et la force qui était la sienne a permis de contribuer aux avancées sociales de notre pays. Une Histoire française qui parle encore dans la conscience collective de notre peuple.

Ridicule, cette lecture ?
Que dire alors du sondage concernant le PS qui lui donne encore ou déjà 20% de bonne opinion après sa déroute de la présidentielle et son sévère recul aux législatives alors que la France Insoumise patine, régresse même et que désormais le PC apparaît peu dans le paysage politique.
Ce sondage confirme également l’analyse que portons sur les limites du macronisme.
L’opposition droite-gauche que les forces du capital espèrent tant voir disparaître reste au cœur de la réponse politique du peuple de France.
Comme nous l’avons déjà dit, les résultats électoraux marqués par des abstentions historiquement élevées, est l’expression non dite d’une véritable et forte exigence de gauche.
Pour le Parti Communiste et notablement sa direction nationale qui l’a conduit dans l’impasse du Front de Gauche et la soumission à la France Insoumise, consacrant son échec politique, plus que jamais un fabuleux espace de reconquête est ouvert.
Pour l’investir encore faut-il avoir le courage de reconnaître ses errements stratégiques et exprimer une véritable volonté de proposer un changement radical de stratégie et redonner au communisme ses belles lettres qui ont conditionné son émergence.
Cela impose un profond travail de réflexion, d’écoute, de propositions. Un travail d’imagination et de création qui appelle à des efforts individuels et collectifs de saines confrontations des réflexions de chacun pour élaborer un nouveau communisme en osmose avec la réalité de notre époque. Un communisme moderne qui invite plus que jamais à se débarrasser des incantations dogmatiques, oripeaux du passé.

Oui le peuple de France et singulièrement de gauche est en attente de cette offre politique novatrice !
Pour lui, pour notre Pays, c’est bien le communisme moderne qui est à l’ordre du jour !
Courage camarades ! Attelons nous à ce magnifique chantier politique !

Roger Tirlicien